Burkina Faso : transfert des ressources forestières aux communes

jeudi 6 février 2014
par Olivier Kima
popularité : 4%

La Direction des forêts (DIFOR) a, avec l’appui de son partenaire Tree Aid, organisé le 30 janvier 2014 à Ouagadougou au profit des membres de l’association professionnelle de journalistes et de communicateurs dénommée Média ’Vert, un atelier. Un atelier suivi d’une visite de terrain, dans la Commune de Nobéré située dans la province du Zoundwéogo, le 31 janvier 2014. Objectif, présenter le niveau du processus de préparation pour le transfert des ressources forestières aux collectivités locales.

Conformément aux dispositions pertinentes du Code général des collectivités territoriales, le Ministère de l’environnement et du développement durable (MEDD) a mis en place en janvier 2011, un Groupe de travail sur la décentralisation dans le secteur forestier (GDSEF). Groupe investi de la mission de préparer un environnement qui permette le transfert des ressources forestières aux collectivités locales. Dans ce sens, le Groupe s’est évertué à faire, et le point de la décentralisation dans le secteur forestier, et des propositions pour faciliter ce transfert. Au résultat, l’on retiendra avec ledit Groupe, l’existence d’une dynamique favorable à la promotion de la gestion participative et déconcentrée des ressources forestières. Mieux, précise Kisito Nébié, Directeur des Forêts, « les populations locales cherchent à s’approprier les ressources forestières, pas seulement dans le but de les rentabiliser, mais surtout de les pérenniser ». (…) Mais l’autre réalité, il importe qu’aussi bien les autorités communales que les communautés à la base, soient préalablement formées. Toute chose qui leur permettra d’acquérir des compétences techniques appropriées en matière entre autres, de délimitation des forêts, d’élaboration et de mise en œuvre des plans d’aménagement et de gestion des forêts, d’exploitation durable des ressources forestières. En effet, il est impératif de responsabiliser davantage les collectivités locales dans la mise en œuvre des actions en rapport avec la gestion des ressources forestières. Car après tout, il leur revient de s’approprier véritablement les ressources qui auront été transférées.

Par : Fulbert Paré

Source autoisée, lefaso.net

Publication initiale lundi 3 février 2014



Agenda

<<

2020

>>

<<

Janvier

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Condition d’obtention d’un passeport burkinabé

Le passeport ordinaire est délivré par la Direction Générale de la Police Nationale à travers la Division de la Migration sise à Gounghin. Pour l’obtention d’un passeport, il faut constituer un dossier composé des pièces ci-dessous à déposer à la Division de la Migration tous les matins du lundi au vendredi.

Composition du dossier d’une demande de passeport Pour les majeurs

1. Une copie légalisée de l’acte de naissance

2. Une copie légalisée du certificat de nationalité Burkinabé

3. Une copie légalisée de la CNIB

4. Un casier judiciaire en cours de validité

5. Un timbre de 200FCFA

6. Trois(03) photos d’identité (format passeport)

7. Un document justifiant votre profession

8. La somme de cinquante mille (50.000F) CFA pour les frais d’établissement Pour les femmes mariées qui désirent porter le nom de leurs conjoints sur le passeport, il faut joindre une copie légalisée de l’acte de mariage aux pièces citées ci-dessus.

Pour les mineurs

1. L’acte de naissance de l’enfant

2. Le certificat de nationalité de l’enfant

3. Une autorisation parentale

4. Document d’identité des deux parents (si le mineur réside au Burkina Faso) ; dans le cas contraire, il faut un titre de séjour des deux parents. Dans ce cas, l’autorisation parentale n’est plus nécessaire.

5. Un timbre fiscal de 200 f plus la somme de 50000f

6. Trois(03) photos (format passeport)

Pour les militaires et paramilitaires, il faut joindre un certificat de présence au corps précisant l’établissement d’un passeport.

NB : La durée d’établissement est de soixante-douze heures (72h) ouvrables si le dossier est régulier.

- Mais en cas d’insuffisance de stocks le délai peut varier en fonction de l’urgence.

- Eviter de passer par des intermédiaires.


Brèves

3 avril 2012 - SITE EDD

La question de l’éducation pour un développement durable est une préoccupation internationale. (...)