Déclaration, l’Unité d’action syndicale (UAS) du Burkina

jeudi 27 février 2014
par Olivier Kima
popularité : 3%

Dans cette déclaration, l’Unité d’action syndicale (UAS) du Burkina fait le bilan de la grève des 4 et 5 février et des négociations qui s’en sont suivies avec le Burkina. Pour l’UAS, la reprise annoncée pour le 28 février doit mettre un terme aux négociations et permettre de passer à une autre étape.

Camarades militantes et militants,

Travailleuses et travailleurs du Burkina Faso, La grève des 4 et 5 février 2014, lancée par la Coordination des syndicats de la Fonction publique sous l’égide de l’UAS visait à protester contre les nombreuses et interminables rencontres tenues jusqu’alors sans que les observations fondamentales des syndicats soient prises en compte. Cette grève a connu une forte participation des agents publics de tous les départements ministériels et institutions et ce, sur l’ensemble du territoire national.

Les secrétaires généraux des centrales syndicales et des syndicats autonomes félicitent les responsables des structures de base, les militant(e)s, les travailleuses et les travailleurs pour leur forte mobilisation au cours de cette grève qui a paralysé la plupart des services de l’administration publique.

Comme annoncé au cours de la grève, les négociations ont repris le lundi 6 février 2014 entre le mouvement syndical et le gouvernement. La délégation gouvernementale conduite par le Ministre de la Fonction Publique du Travail et de la Sécurité Sociale comprenait en outre le Ministre de l’Economie et des Finances, le Ministre de la Santé et le Ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, assistés de hauts responsables de l’administration.

La délégation syndicale, dirigée par le Président du mois des centrales syndicales, était constituée des secrétaires généraux des centrales syndicales, des syndicats autonomes et des syndicats membres de la coordination des syndicats de la Fonction Publique. Les échanges entre les deux délégations ont révélé des désaccords profonds sur des aspects essentiels de la relecture de la grille indemnitaire. Ceux-ci ont porté essentiellement sur le référentiel avec son système de cotation marqué par des incohérences, des injustices et des iniquités, la typologie des indemnités qui remet en question des acquis spécifiques de certains corps, la non prise en compte de certaines préoccupations spécifiques, enfin la date de prise d’effet de la nouvelle grille.

Au cours d’une rencontre unitaire tenue le 7 février 2014, le mouvement syndical a examiné les points ci-dessus cités en vue d’aboutir avec le gouvernement à des conclusions sur la relecture de la grille indemnitaire. Dans ce sens, une correspondance a été adressée au Ministre de la Fonction Publique du Travail et de la Sécurité. Dans ladite correspondance, nous concédons au gouvernement la date du 1er janvier 2014 pour l’application du taux plein des augmentations. Par contre :

  • Sur le référentiel, en partant du constat de la non implication des syndicats dans l’élaboration du référentiel, nous avons suggéré que les conclusions fassent mention du désaccord des deux parties sur le sujet, ce qui pose la nécessité de sa révision ultérieure avec l’implication des syndicats ;
  • Sur les préoccupations spécifiques, nous avons demandé que soient clarifiées les notions de « cadre » de négociation des revendications des corps paramilitaires de la douane et des Eaux et forêts ainsi que de « schéma progressif » qui doivent être spécifiées ;
  • Sur la typologie, tout en saluant l’acceptation d’une cinquième catégorie d’indemnités qui va comprendre les indemnités spécifiques, nous avons indiqué que celles-ci, contrairement à ce que le gouvernement a annoncé, devraient être cumulables avec l’indemnité de technicité dont jouissent tous les agents publics et qui repose essentiellement sur le niveau de qualification
  • Sur l’amélioration des taux des indemnités, nous avons proposé, en lieu et place de la commission suggérée par le gouvernement, le cadre de la rencontre Gouvernement/Syndicats qui procèdera à une première évaluation en fin 2014.

A la suite de cette correspondance, le gouvernement avait annoncé la reprise des négociations pour le lundi 17 février à 11H. C’est le jour même de la rencontre que les représentants syndicaux ont été informés du report à « une autre date de la semaine ». Plutôt qu’une rencontre, c’est le vendredi 21 février dans l’après-midi que les syndicats seront informés par lettre de la reprise des négociations le vendredi 28 février 2014.

Réunie à la Bourse du Travail le mardi 25 février, l’unité d’action syndicale a décidé d’écrire au gouvernement pour lui signifier que la rencontre du 28 février devra marquer la fin des discussions en consacrant les points d’accord et les points de désaccord et permettre de servir enfin aux travailleurs dans un bref délai les améliorations indemnitaires attendues depuis huit mois.

En attendant, les secrétaires généraux des centrales syndicales et des syndicats autonomes réitèrent leurs félicitations à l’ensemble des responsables et militants syndicaux qui ont œuvré au succès de la grève des 4 et 5 février 2014 à l’appel de la coordination des syndicats de la fonction publique. Ils les exhortent à poursuivre le travail de sensibilisation, de mobilisation des travailleuses et travailleurs pour un succès encore plus éclatant des actions que leurs syndicats n’hésiteront pas à engager pour une relecture de la grille indemnitaire qui améliore effectivement le pouvoir d’achat des travailleurs sans remettre en cause leurs droits et leurs acquis en matière d’indemnités.

Vive l’Unité d’Action des Travailleurs !

Ont signé :

Pour les Centrales syndicales :

CGT-B Bassolma BAZIE Secrétaire Général

CNTB Augustin Blaise HIEN Secrétaire Général

CSB Olivier OUEDRAOGO Secrétaire Général

FO/UNSL Joseph L.TIENDREBEOGO Secrétaire Général

ONSL Paul N. KABORE Secrétaire Général

USTB Georges Yamba KOANDA Secrétaire Général

Pour les Syndicats Autonomes :

Le Président du Mois

Sema BLEGNE Secrétaire Général/SNEA-B



Agenda

<<

2020

>>

<<

Janvier

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Condition d’obtention d’un passeport burkinabé

Le passeport ordinaire est délivré par la Direction Générale de la Police Nationale à travers la Division de la Migration sise à Gounghin. Pour l’obtention d’un passeport, il faut constituer un dossier composé des pièces ci-dessous à déposer à la Division de la Migration tous les matins du lundi au vendredi.

Composition du dossier d’une demande de passeport Pour les majeurs

1. Une copie légalisée de l’acte de naissance

2. Une copie légalisée du certificat de nationalité Burkinabé

3. Une copie légalisée de la CNIB

4. Un casier judiciaire en cours de validité

5. Un timbre de 200FCFA

6. Trois(03) photos d’identité (format passeport)

7. Un document justifiant votre profession

8. La somme de cinquante mille (50.000F) CFA pour les frais d’établissement Pour les femmes mariées qui désirent porter le nom de leurs conjoints sur le passeport, il faut joindre une copie légalisée de l’acte de mariage aux pièces citées ci-dessus.

Pour les mineurs

1. L’acte de naissance de l’enfant

2. Le certificat de nationalité de l’enfant

3. Une autorisation parentale

4. Document d’identité des deux parents (si le mineur réside au Burkina Faso) ; dans le cas contraire, il faut un titre de séjour des deux parents. Dans ce cas, l’autorisation parentale n’est plus nécessaire.

5. Un timbre fiscal de 200 f plus la somme de 50000f

6. Trois(03) photos (format passeport)

Pour les militaires et paramilitaires, il faut joindre un certificat de présence au corps précisant l’établissement d’un passeport.

NB : La durée d’établissement est de soixante-douze heures (72h) ouvrables si le dossier est régulier.

- Mais en cas d’insuffisance de stocks le délai peut varier en fonction de l’urgence.

- Eviter de passer par des intermédiaires.


Brèves

24 octobre 2014 - Rencontre du CSFEF

Depuis le 20 octobre se tien à DAKAR la rencontre du CSFEF en prélude au sommet des chefs d’état (...)

22 juillet 2014 - Statut particulier des enseignants

Camarades, nous avons le plaisir de vous informer que les travaux sur le statut particulier ont (...)

17 janvier 2014 - NEGOCIATION GOUVERNEMENT SYNDICATS

Les négociations gouvernement syndicats ont repris le 13 janvier 2014.

28 décembre 2012 - Rencontre extraordinaire du Bureau National du SNEA-B avec la CSQ

Ce vendredi 20 décembre 2012 s’est tenue au siège du SNEA-B, une rencontre avec deux (...)

28 décembre 2012 - TRAVAUX DE LA COMMISSION DE REDACTION DU STATUT PARTICULIER DU PERSONNEL DE L’EDUCATION DE BASE

Depuis le 18 décembre 2012, ont débuté les travaux de la commission de rédaction du statut (...)