LA VIOLENCE A L’ECOLE PRIMAIRE (EXPOSE)

samedi 16 avril 2011
par Olivier Kima
popularité : 22%

Syndicat National des Enseignants Africain du Burkina SNEA_B

EXPOSE

Présenté par Séma BLEGNE Inspecteur de l’Enseignement de 1er degré Secrétaire Administratif du bureau national SNEA-B

Introduction

La problématique de la violence en milieu scolaire constitue aujourd’hui une préoccupation qui interpelle tout un chacun. Après avoir déterminé les fins de l’éducation et reconnus le droit d’agir sur d’autres esprits, de contribuer à leur formation intellectuelle et morale, d’infléchir leur activité, il reste cependant à savoir comment (de quelle manière) par quels moyens exercer cette influence, diriger la conduite. De prime abord la discipline s’offre à l’enseignant comme un moyen d’action pour réaliser cet idéal. Condition sine qua non à tout travail fécond et efficace en classe, la maîtrise de la discipline est cependant de loin la chose la moins partagée par les acteurs. Nul doute que vous conviendrez avec moi que apprendre sans peur est l’idéal auquel tout enfant aspire légitimement. Les enfants ont donc le droit d’aller à l’école sans peur et compter sur une expérience d’apprentissage de qualité sans menace de violence. Si la violence dans l’enceinte et autour de l’école est un phénomène qui se vit au quotidien, si la violence à l’encontre des enfants, exercée par d’autres enfants ou par des adultes en position de pouvoir n’est pas tolérable, il convient alors de poser un diagnostic sans complaisance et de lui trouver la thérapie la plus appropriée. A l’évidence, le corps enseignant, les encadreurs pédagogiques, les parents d’élèves etc. sont à la croisée des chemins. Comment en finir avec la violence à l’école ? C’est là toute la pertinence du thème et la nécessité impérieuse de rompre le silence et lever les tabous qui entourent encore le sujet Toutefois, nous n’aurons pas ici la prétention d’aborder ce thème d’actualité dans le but de la vider entièrement, mais plutôt avec l’ambition de susciter des interrogations et des débats, convaincus qu’il n’y a pas de recettes miracles. Dans cette optique, notre communication épousera le canevas suivant :

I Définition et clarification de concepts

II Les manifestations de la violence dans l’enceinte et autour de l’école

III Les causes de la violence à l’école

IV Les conséquences de la violence

V En finir avec la violence à l’école

CONCLUSION.


Documents joints

RTF - 137.2 ko
RTF - 137.2 ko

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2019

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Condition d’obtention d’un passeport burkinabé

Le passeport ordinaire est délivré par la Direction Générale de la Police Nationale à travers la Division de la Migration sise à Gounghin. Pour l’obtention d’un passeport, il faut constituer un dossier composé des pièces ci-dessous à déposer à la Division de la Migration tous les matins du lundi au vendredi.

Composition du dossier d’une demande de passeport Pour les majeurs

1. Une copie légalisée de l’acte de naissance

2. Une copie légalisée du certificat de nationalité Burkinabé

3. Une copie légalisée de la CNIB

4. Un casier judiciaire en cours de validité

5. Un timbre de 200FCFA

6. Trois(03) photos d’identité (format passeport)

7. Un document justifiant votre profession

8. La somme de cinquante mille (50.000F) CFA pour les frais d’établissement Pour les femmes mariées qui désirent porter le nom de leurs conjoints sur le passeport, il faut joindre une copie légalisée de l’acte de mariage aux pièces citées ci-dessus.

Pour les mineurs

1. L’acte de naissance de l’enfant

2. Le certificat de nationalité de l’enfant

3. Une autorisation parentale

4. Document d’identité des deux parents (si le mineur réside au Burkina Faso) ; dans le cas contraire, il faut un titre de séjour des deux parents. Dans ce cas, l’autorisation parentale n’est plus nécessaire.

5. Un timbre fiscal de 200 f plus la somme de 50000f

6. Trois(03) photos (format passeport)

Pour les militaires et paramilitaires, il faut joindre un certificat de présence au corps précisant l’établissement d’un passeport.

NB : La durée d’établissement est de soixante-douze heures (72h) ouvrables si le dossier est régulier.

- Mais en cas d’insuffisance de stocks le délai peut varier en fonction de l’urgence.

- Eviter de passer par des intermédiaires.